From Rwanda to Cambodia and Back: The Impact of Film

“It is a strange feeling to board a plane to Phnom Penh, when, as a Rwandan you carry genocide as a core part of your legacy. It is not like flying to Yaounde or Copenhagen.”
-Assumpta MugiranezaFuture Director of IRIBA CENTER

Dear Friends and Supporters,

It’s been less than a week since we launched our kickstarter fundraising campaign for IRIBA CENTER for Multimedia Heritage in Rwanda, and things are going well! We have already reached more than 20% of our $40,000 goal!I thought I’d share with you the story of the incredible trip to Cambodia that inspired this undertaking:Cambodian filmmaker Rithy Panh and I met up at the 2010 Cannes Film Festival where his Bophana Audiovisual Resource Center was featured as part of the World Cinema Pavilion. We discussed, as we had several times before, the possibility of showing his film, S21 THE KHMER ROUGE KILLING MACHINE, in Rwanda, and MY NEIGHBOR MY KILLER in Cambodia — a cultural exchange between two countries fighting the demons of genocide. When I told him about my unsuccessful efforts to find a good home for the 350 hours of unique footage I had accumulated during my ten years filming in Rwanda, he simply said: “You must come check out what we’ve done in Cambodia!”

Two months later, in July, Assumpta and I were on a plane to Phnom Penh to visit Bophana Center and to speak with Rithy, his wife and partner, Agnès Sénemaud, and their team.

Instantly, upon walking into Bophana, I felt that this was the right model for us. This was a place of both great energy and serenity, where everything had been very intelligently and carefully thought out. The archive management was streamlined, searching for documents was easy, and everyone on the team was incredibly generous with their time and knowledge. As it happens, there were journalists and researchers from all over the world when we arrived, as our visit coincided with the verdict of chief torturer Duch, the very first Khmer Rouge to stand trial for genocide, more than 30 years after the fall of the Pol Pot regime. But it was not just professionals who were making use of Bophana. We also saw a street kid who apparently came every day to watch historical film clips. And everyone on the team at Bophana was incredibly generous with their time and knowledge.

Assumpta and I were like two kids in a sandbox, re-energized by the possibilities! I could see that she was so thrilled that we were finally moving forward on a project that had been dear to her heart for years. Indeed, Assumpta, who knew my 350 hours of footage better than anyone, having translated a big chunk of it, was always bugging me about not letting the only copy of the footage sit under my bed…

We knew our Center would be smaller and, because of Assumpta’s training and experience with the Mémorial de la Shoah in Paris, would be even more focused on outreach to schools all across Rwanda.

This was also a very emotional trip for both of us. Rithy decided to show MY NEIGHBOR MY KILLER at Bophana, and we answered the questions of a very involved crowd of close to 150 people.

For me, the emotion came also because I had the privilege to attend the reading of the Duch verdict with Rithy, who was just finishing his latest film, DUCH, MASTER OF THE FORGES OF HELL, which was presented this year in Cannes and will be released in France in the fall. Sitting next to Rithy in the courtroom during this historic moment felt very solemn.

As for Assumpta, here’s what she wrote in her diary about the experience:

“It is a strange feeling to board a plane to Phnom Penh, when, as a Rwandan you carry genocide as a core part of your legacy. It is not like flying to Yaounde or Copenhagen.

Your mind fights to help you stay calm, to try to allow you to just take on the role of someone heading for a new adventure. But it is impossible to chase away this feeling that you “already know” what you are heading towards. And instead of lowering the impact of this discovery, this actually makes you more uneasy, and drags you deeper into your inner turmoil.

It so happened that I went to Cambodia under very special circumstances. I was there to visit Bophana Center where Rithy Panh and his team were expecting us. The day I arrived, the verdict of Duch’s trial was due. I had a terrible sensation, as if my own personal story was about to play out. In advance, I could feel the strange taste that victims are often left with after trials that can neither fully disappoint nor completely satisfy. I had a sense of deep solitude, which overcomes the victim, who feels isolated from the rest of the world — a world that is generally congratulating itself for having finally meted out justice…

I was lucky I had to work. We visited Bophana Center, discovered the incredible work they did. They made history accessible to all Cambodians, whatever side of history they were on. In our discussions with Rithy, Agnès and their team, I realized that when we deal with unspeakable crimes, the workings of history allow for some kind of justice. I realized that it is precisely this kind of long-term perspective, a perspective that neither forgets nor focuses on the mere fracture of genocide, that can soothe and appease. It is this kind of perspective that allows for reconciliation with oneself, with one another, and patiently supports you as you tread on the gates of the abyss!

Bophana Center was like a concrete revelation of what we could build swiftly in Rwanda around our common history — this is how IRIBA CENTER, which we are creating today, was born.”

What more can I say? Join us on kickstarter! Come and take part in this extraordinary adventure for Rwanda, and please spread the word around you. LIKE us on Facebook; TWEET about us; and FORWARD this email.

Thank you again for your support. We’ll be in touch soon with fresh news!

Anne & Assumpta

« Prendre l’avion pour Phnom Penh quand on porte, en tant que Rwandaise, le génocide en héritage est une sensation singulière. Ce n’est pas comme quand on prend un vol pour Yaoundé ou Copenhague. »
-Assumpta Mugiraneza Future Directrice de IRIBA CENTER

Chers amis, chers soutiens,

Cela fait à peine une semaine que nous avons lancé notre campagne de levée de fonds sur Kickstarter pour la création du CENTRE IRIBA pour le Patrimoine Multimédia au Rwanda, et les choses ont démarré sur les chapeaux de roues. Nous avons déjà dépassé 20% de notre objectif de $40.000 !

Je souhaite partager avec vous l’histoire d’un extraordinaire voyage au Cambodge qui a motivé cette aventure :

J’avais discuté avec le réalisateur cambodgien Rithy Panh, le réalisateur cambodgien, pendant le Festival de Cannes 2010, lorsque son Centre de Ressources Audiovisuelles Bophana était en vedette au Pavillon des Cinémas du Monde. A cette occasion, nous avons évoqué, comme nous l’avions déjà fait par le passé, la possibilité de montrer S21, LA MACHINE DE MORT KHMERE ROUGE au Rwanda, ainsi que MON VOISIN MON TUEUR, au Cambodge — un échange culturel entre deux pays qui se débattent avec les démons du génocide. Quand je lui ai parlé de mes efforts vains pour trouver un endroit où abriter les 350 heures d’images uniques que j’avais accumulées lors de mes dix ans de tournage au Rwanda, il m’a simplement répondu: “Il faut absolument que tu viennes voir ce qu’on a fait au Cambodge!”

Deux mois plus tard, en juillet, Assumpta et moi nous retrouvions à Phnom Penh pour visiter le Centre Bophana et discuter plus en profondeur avec Rithy, sa femme et collaboratrice Agnès Sénemaud, ainsi que toute l’équipe.

Je me souviens qu’instantanément, quand je suis rentrée à Bophana, j’ai senti que ce modèle était le bon pour nous. Il y avait une ambiance à la fois sereine et pleine d’énergie, et il était évident que tout avait été intelligemment pensé. La gestion des archives et leur consultation était extrêmement simple et facile d’accès pour le public, et tous les membres de l’équipe étaient très généreux de leur temps et de leurs connaissances. Il y avait là des journalistes et des chercheurs du monde entier car notre visite coïncidait avec l’annonce du verdict du tortionnaire Duch, le tout premier Khmer Rouge a être jugé pour génocide au Cambodge, plus de 30 ans la fin du régime de Pol Pot. Mais il n’y avait pas que des professionnels. Nous avons aussi vu un enfant des rues qui apparement venait tous les jours visionner des actualités cinématrographiques.

Assumpta et moi étions comme deux gamines dans un bac à sable, avec une énergie renouvelée! Je voyais bien qu’elle était très heureuse que nous avancions finalement sur ce projet qui lui tenait à coeur depuis des années. En effet, Assumpta, qui connaissait mes 350 heures d’images mieux que personne pour en avoir traduit une grande partie, me tannait sans arrêt pour que l’unique exemplaire de ces images ne reste pas sous mon lit…

Notre Centre serait plus petit que Bophana, et aussi, à cause de la formation d’Assumpta, et de son expérience avec le Mémorial de la Shoah à Paris, encore plus tourné vers les écoles à travers tout le Rwanda.

Cette visite était aussi chargée d’émotions pour nous deux. Rithy a décidé de montrer MON VOISIN MON TUEUR à Bophana, et nous avons répondu aux questions d’un public extrêmement engagé de près de 150 personnes.

Pour moi, cette émotion est venue aussi du fait que j’ai eu le privilège d’assister à l’annonce du verdict de Duch avec Rity, qui était en train d’achever son dernier film, DUCH, LE MAITRE DES FORGES DE L’ENFER (Le film a été présenté à Cannes en mai et doit sortir en salles en France à l’automne). J’avais un sentiment très solennel d’être à coté de Rithy pendant ce moment historique.

Quant à Assumpta, voici ce qu’elle a écrit à l’époque sur son expérience :

« Prendre l’avion pour Phnom Penh quand on porte, en tant que Rwandaise, le génocide en héritage, est une sensation singulière. Ce n’est pas comme quand on prend un vol pour Yaoundé ou Copenhague.

« La tête se bat pour vous tenir calme, essayer de vous mettre dans la posture de celui qui part vers une découverte, mais elle n’arrive pas à chasser cette impression du « déjà connu » qui, au lieu de diminuer l’impact de cette découverte, vous enfonce encore plus dans un drôle de sentiment, vous entraînant vers le bouleversement intérieur.

« Le hasard avait voulu que j’y aille dans une conjoncture spéciale. Au Cambodge, ma destination était le Centre Bophana où Rithy Panh et toute son équipe nous attendaient. A mon arrivée, c’était le jour de l’annonce du verdict de Duch, j’ai eu une sensation terrible, comme si ce qui se jouait là était aussi mon histoire. D’avance, je sentais ce goût bizarre des procès qui ne peuvent pas décevoir entièrement mais qui ne peuvent jamais non plus satisfaire… J’avais ce sentiment de solitude qui étreint la victime, l’isolant du reste du monde qui se congratule d’avoir enfin rendu justice…

« Heureusement qu’il fallait parler de travail, visiter le Centre Bophana, découvrir le formidable travail d’histoire rendue accessible à tout Cambodgien de quelque côté que l’histoire de son pays le place. Visiter le Centre Bophana, écouter Rithy et Agnès en parler, c’était prendre conscience d’une certaine justice que permet le travail d’histoire sur un crime innommable. C’était réaliser que c’est ce regard apaisé, sur la durée, un regard qui n’occulte ni ne focalise sur la seule rupture génocidaire, un regard qui permet de se réconcilier avec soi-même, son semblable, et bien sûr un regard qui, patiemment, vous soutient devant l’abîme !

« Le Centre Bophana a été comme une révélation concrète de ce qu’on pouvait rapidement mettre en place au Rwanda autour de notre histoire commune ! Le Centre Iriba que nous lançons aujourd’hui, y trouve sa forme actuelle. »

Que dire de plus ? Rejoignez-nous, sur Kickstarter venez participer à cette aventure extraordinaire pour le Rwanda, et surtout, faites passer le mot autour de vous : LIKEZ nous sur Facebook ; TWEETEZ sur nous ; Faites suivre cet email.

Merci encore pour votre soutien, et à très vite pour des nouvelles fraîches !

Anne & Assumpta